Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 23:15

La Belgique était vendredi au centre de fortes pressions diplomatiques à trois jours d'un conseil des ministres européens de l'Environnement consacré entre autres aux organismes génétiques modifiés (OGM), et où la position belge pourrait être déterminante.

Les vingt-sept ministres de l'Environnement sont en effet appelés lundi à Bruxelles à se prononcer à nouveau sur une proposition de la Commission européenne visant à contraindre l'Autriche et la Hongrie de lever le moratoire qu'elles observent sur la culture de deux maïs transgéniques autorisés au niveau européen.

Résistance
Fin 2006, une majorité qualifiée d'Etats membres, parmi lesquels figurait la Belgique, avaient déjà voté contre une demande similaire de la Commission, permettant ainsi à ces pays de préserver leur interdiction du culture.

Mais l'exécutif européen, déterminé à venir à bout de la résistance de l'Autriche et de la Hongrie qu'il juge scientifiquement non-fondée, a relancé deux ans plus tard la procédure pour faire lever ces clauses de sauvegarde sur lesquelles les 27 doivent donc à nouveau se prononcer lundi.

Pressions
A l'inverse du précédent épisode, la Belgique, en raison d'une différence d'appréciation entre partenaires de la majorité fédérale, ne votera plus cette fois-ci contre la proposition de la Commission, mais s'abstiendra, ce qui pourrait faire basculer à quelques voix près la majorité en... défaveur de l'Autriche et de la Hongrie.

Ce changement d'attitude de la Belgique l'a aussitôt placée au centre de fortes pressions diplomatiques. La Hongrie, avec qui la Belgique partagera la présidence de l'Union européenne en 2010, aurait ainsi fait part, dit-on, de son grand mécontentement auprès des autorités du pays.

Cette crispation belgo-hongroise tombe au plus mal, à l'heure où les deux pays sont appelés à travailler très étroitement pour préparer leur présidence commune à la tête de l'UE. Le changement d'attitude de la Belgique dans ce débat inquiète également la France.

Paris, ayant décidé fin 2007 d'imposer également une clause de sauvegarde sur le maïs MON810, espère en effet voir dans les mois à venir une majorité qualifiée d'Etats membres - dont la Belgique - rejeter la levée de ce moratoire que la Commission entend aussi lui imposer. En raiuson de la forte dimension diplomatique du débat, d'aucuns n'excluaient pas vendredi un revirement de dernière minute de la position belge au conseil ministériel lundi. (belga)

source : 7sur7-SOS-Planète

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif Vigilance OGM 69 - dans OGM
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Collectif Vigilance OGM 69
  • Le blog de Collectif Vigilance OGM 69
  • : AGIR POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT, POUR LA PRESERVATION DE LA BIODIVERSITE, POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE.....
  • Contact

Recherche